soutenir une personne en deuil

Décès : mots, soutien, empathie… Comment aider une personne en deuil ?

2 novembre 2021

Aider quelqu’un en deuil est toujours difficile et délicat. Or, même si on ne peut pas changer les choses ni effacer son chagrin, nous pouvons tenter de l’aider et de soulager sa peine : présence, écoute, empathie, aide concrète dans le quotidien… vous trouverez ici quelques conseils pour accompagner au mieux un proche dans cette période si difficile.

Nous sommes souvent démunis face à la détresse d’une personne en deuil : ne pas savoir quoi dire, ni quoi faire… la tentation est grande de prendre la fuite par peur de mal faire ! Pour vraiment aider un proche en deuil, il est dans un premier temps essentiel de comprendre un tant soit peut ce qu’elle est en train de vivre.

Les étapes du deuil :

Il est communément accepté de parler de sept étapes principales dans le cadre du deuil. La première étape correspond au choc. Elle peut être suivie d'une phase de déni qui fait suite à l’annonce. La deuxième étape correspond souvent à une période douloureuse marquée par un sentiment de culpabilité. Puis, peut s’amorcer une étape empreinte de colère, avant d’atteindre celle communément nommée étape de « marchandage" ou de « négociation ». Durant cette période, la personne en deuil va exprimer remords et regrets. Une période de dépression peut ensuite s'installer qui sera plus ou moins longue en fonction des personnes. Et enfin la personne entame la dernière étape du deuil, qui correspond à l’acceptation et la reconstruction. D’une personne à l’autre, ces étapes ne vont pas être vécues suivant une chronologie linéaire. Les personnes peuvent être amenées à revenir en arrière, à revivre une étape déjà passée, ou à rester bloquer à l’une d’elles. C’est très aléatoire, mais de manière générale, on retrouve quasiment toujours ces sept étapes.

Vous l’aurez compris, le deuil est une des plus grandes épreuves de la vie qui, un jour ou l’autre, atteint et touche chacun de nous. Source d’une grande souffrance et de douleur, le deuil peut remettre en question un certain équilibre dans la vie au quotidien. Alors comment aider concrètement une personne endeuillée ?

Ecouter l’autre.

Il n'y a pas de mots ni de formules magiques pour consoler un proche en deuil. Ce qui peut aider, c'est de lui offrir de l'écouter si il souhaite vous parler… tout simplement. L’écoute est plus importante que tous les mots. Plutôt que de dire n'importe quoi, il vaut mieux exprimer à la personne qu'on ne sait pas quoi dire, l'écouter, respecter ses silences et se montrer disponible.

L’une des seule chose positive dans les jours précédant des funérailles : l'occasion pour les gens de parler du défunt, de la mort et des événements entourant le décès. Malheureusement, tout cela se termine bien souvent peu de temps après le service funéraire. Les survivants se retrouvent alors seuls face à leur deuil, sans soutien social. Alors qu’ils ont, pour la plupart, simplement besoin de parler ... ce qui signifie que d'autres doivent écouter. C’est votre rôle en tant que membre de la famille, ami ou proche.

Donnez-leur la « permission » d’exprimer ce qu’ils ressentent avec des phrases/questions simples comme: « je suis là pour toi » « si tu as besoin de te laisser aller, de pleurer, n’hésite pas » « Qu’est-ce qui s'est passé? » « Parle-moi de lui/elle », « Comment te sens-tu ? » « Je ne sais pas ce que tu peux ressentir en réalité mais je suis là pour toi ». Aussi, il est préférable d’éviter les phrases comme « tu as bien du courage » ou « je sais ce que tu ressens »… Et si vous avez du mal à trouver les mots, ou que la personne endeuillée peine à s’exprimer, vous pouvez simplement lui offrir votre présence, même silencieuse… cela sera déjà beaucoup. Le plus important est de reconnaître la douleur de l’autre et d’être à son écoute et ses côtés pour qu’il ne se sente pas seul face à son chagrin.

Poser des questions sur la personne décédée.

On pense souvent qu’il est tabou de parler du défunt avec les « survivants »… alors que c’est tout le contraire ! Il ne faut pas hésiter à parler de la personne décédée… mentionner son prénom et parler des souvenirs que vous avez en commun ; cela facilite le processus du deuil. Il est également important de ne pas éluder le sujet quand la personne endeuillée parle du défunt. Il se peut également qu'elle dise et redise les mêmes choses ; il faut lui laisser répéter et l'écouter.

Créer un espace en ligne pour rendre hommage au défunt et honorer sa mémoire

Une personne en deuil souffre souvent d’isolement. Elle peut avoir du mal à se reconnecter aux autres, mais également à évoquer la personne décédée. Pour l’épauler, vous pouvez créer, via Alanna, un espace en ligne en hommage au défunt. Le but ? Aider la personne endeuillée et sa famille à communiquer entre elles, mais également à recevoir du soutien des proches… tout en faisant vivre le souvenir du disparu. Alanna offre la possibilité d’échanger, de communiquer, de partager et surtout d’honorer sa mémoire de manière concrète via cet espace en ligne. Sur cette page, il est possible de poster photos, messages ou encore anecdotes qui témoignent de l’affection portée, des moments précieux passés ensemble, des souvenirs que l’on ne veut surtout pas voir disparaître. Disponible n’importe quand, cet espace unique est comme une passerelle entre les proches. Maintenir un lien, fort et symbolique autour de souvenirs heureux et positifs, restent la plus belle des façons d’honorer la mémoire d’un être cher.

Se tourner vers une aide extérieure.

Malgré toute votre volonté pour soutenir et aider ce proche endeuillé, vous pouvez vous sentir démuni face à sa souffrance. Si vous constatez également que votre présence ne suffit pas, il est bon de demander de l’aide extérieure. Vous pouvez contacter un thérapeute, une association ou un groupe de parole pour obtenir l’aide adéquat ou encore, consulter des ITV sur la Kinésiologie ou des articles sur l’EDMR.

De nombreuses associations, partout en France, sont à l’écoute pour aider dans le travail autour deuil. Afin de partager sa peine, ses sentiments et son vécu, les « survivants » peuvent rejoindre des groupes de parole, mis en place par des associations et encadrés par des professionnels de la santé ou des psychologues. Si seul le temps peut cicatriser les blessures, le cheminement personnel joue un grand rôle dans l’acceptation de la mort. Avec des personnes qui vivent la même chose, il est souvent plus facile de libérer ses émotions sans avoir peur d’importuner ses proches ou de se montrer ridicule.

Proposer des aides concrètes.

Suite à un décès, on peut se sentir complètement dépassé, et pourtant la vie du quotidien doit continuer. Aller au travail, faire les courses, s’occuper des enfants… beaucoup de personnes endeuillées ont du mal à reprendre pied, surtout si le défunt était un(e) compagnon/compagne du quotidien. En tant que proche, vous pouvez proposer à la personne en deuil de la décharger un peu en gardant ses enfants, en lui préparant des repas, en s’occupant de son jardin ou en lui faisant ses courses… Cette aide à laquelle nous pensons rarement est pourtant très utile ! Elle permet de proposer quelque chose de concret et ainsi d’éviter le fameux « si tu as besoin de quelque chose, dis-le moi »… Or la personne endeuillée ne sait souvent pas elle-même qu’elle a besoin d’aide, et elle n'a pas non plus la force d'y voir plus clair ou de vous demander les choses.

L’aider dans les démarches administratives.

Lors d’une succession, de nombreuses démarches administratives sont à réaliser dans les jours et mois qui suivent le décès. La personne endeuillée peut alors vite se sentir submerger par la charge administrative, alors qu’il faut également gérer en parallèle sa douleur et le nouveau quotidien sans l’autre. Vous pouvez lui prêter main forte tout au long de la succession, compter 6 mois minimum, via des démarches très simples : résilier un contrat téléphonique, aider à débarrasser un appartement ou une maison, faire du tri avec elle etc.

Et si vous avez besoin d’être guidé dans les démarches à effectuer, Alanna vous accompagne étape par étape. Toutes les formalités à réaliser dans les jours et mois qui suivent le décès sont à consulter ici

Se montrer présent et fidèle dans le temps.

Proposer à un proche endeuillé une balade, un café, une activité, comme une sortie au cinéma, peut permettre de le sortir un peu de son quotidien et de sa bulle. Le plus important est de faire ce que vous avez dit et de rester fidèle à lui et à vos promesses ! Les personnes endeuillées sont souvent très entourées au début du processus de deuil et après les obsèques. Puis les proches reprennent le cours de leur vie et un fossé peut vite se creuser… puis vient très vite la solitude et l’isolement. La fiabilité est ce qu'il y a de plus important quand quelqu’un endure la perte d'un proche. Alors n’oubliez pas de réponse à ses appels, sms et de tenir vos promesses.. cela sera déjà beaucoup.

Si il est difficile pour vous d’être présent dans le quotidien pour diverses raisons, notamment l’éloignement géographique, vous pouvez rester en contact avec un proche endeuillé via Alanna. En créant un espace souvenir en hommage au défunt, vous pourrez partager mots, pensées, photos de la personne décédée avec son entourage. Un joli moyen d’honorer sa mémoire tout en gardant contact avec vos proches.

Enfin accepter que chaque deuil est unique.

Ainsi, ne vous fiez jamais aux apparences car elles sont souvent trompeuses et, si vous souhaitez vraiment aider une personne en deuil, il faut prendre, avec courage et détermination, la décision d’aller à sa rencontre, au delà des peurs de "mal faire" ou de "dire des bêtises". C’est là alors où vous lui apporterez un soutien d’une inestimable valeur.

N’oubliez pas également que la personne en deuil traverse des bouleversements dont ceux qui l’entourent ont du mal à imaginer la profondeur… Dans les mois, voir les années à venir, elle va avoir des émotions et des comportements que beaucoup jugeront, à tort, comme "inhabituels" ou "anormaux". Par exemple, le besoin de parler sans cesse de la personne disparue, le besoin de mettre partout ses photos ou de porter ses vêtements, le fait de souffrir d’une culpabilité démesurée aux yeux d’autrui, etc. Ces besoins sont pourtant totalement légitimes et doivent être acceptés comme tels.

Contribuer ?

Vous souhaitez participer, animer une rubrique, partager un sujet.

Envoyez-nous un message !

Des questions sur Alanna ?

Retrouvez notre FAQ

Besoin d'aide pour des obsèques ?

Retrouvez notre Guide