Accueil > Guides > Comment faire son deuil après une crémation ?

Comment faire son deuil après une crémation ?

Partager :

La crémation est un mode de sépulture qui consiste à réduire le corps du défunt en cendres, placées ensuite dans une urne. Elle est de plus en plus répandue en France, car en 2020 pour 40% des décès, c'est l'incinération qui a été choisie (source : Fédération Française de Crémation).

Chacun est libre d’opter ou non pour ce choix. À l’inverse, le deuxième choix possible est celui de l'inhumation, plus couramment appelé « enterrement » qui consiste à faire reposer le corps du défunt dans un cercueil.

Crémation et deuil : un processus plus difficile que l'inhumation ?

Lorsqu'une personne exprime ses dernières volontés et choisit la crémation, cela pose souvent beaucoup de questions à la famille et aux proches du défunt. Une des questions qui revient souvent est celle du travail de deuil une fois la crémation réalisée.

En effet, il peut être difficile pour une personne de faire son deuil après une crémation pour plusieurs raisons :

  • La première est que, bien souvent, les proches ne savent pas réellement ce que signifie la crémation : comment et où elle se déroule, combien de temps cela dure, que fait-on des cendres ensuite, etc.
  • La deuxième est que l’on doit se faire à l’idée que le corps n’est plus. L’étape de la crémation est un processus rapide. Celle-ci dure entre 90 et 120 minutes en fonction du cercueil, des objets et de la corpulence du défunt. Il est alors difficile de réaliser pleinement et si rapidement.
  • La troisième raison concerne davantage la trace laissée par le défunt. En général, la famille récupère l’urne dans laquelle sont conservées les cendres. Ensuite, il appartient au défunt d’avoir informé son entourage, s’il souhaitait les disperser dans un espace dédié ou mettre l’urne au cimetière.

Comment se préparer à faire son deuil si un proche choisit la crémation ?

L’étape fondamentale pour se préparer à vivre son deuil en cas de crémation est tout simplement d’en parler avec la personne en amont.

Si celle-ci a fait part clairement de son souhait d’opter pour une crémation en cas de décès, alors ce choix doit être respecté même s’il peut ne pas être compris par tous. C’est à ce moment-là qu’il est utile de dialoguer, d’essayer de comprendre les motivations de la personne, sans jugement ni tentative d’interférer avec son souhait.

Ainsi, parler de la crémation, s’informer du déroulé et contacter les bons professionnels permet de mieux vivre ce choix, et par la suite mieux vivre le deuil.

Préparer la cérémonie de crémation pour faire son deuil

La famille pense souvent, à tort, que la crémation va les priver de la cérémonie d’obsèques, qu’elle soit religieuse ou laïque. Il n’en est rien ! Tout comme une inhumation, une cérémonie et un rassemblement sont vivement recommandés pour honorer le défunt.

La cérémonie a généralement lieu avant la crémation. Pour se préparer et commencer à créer un lien, il est possible de placer l’urne funéraire vide à côté du cercueil durant la cérémonie.

Les fleurs sont également encouragées pour décorer la salle. On peut opter pour des roses à l’unité qui symbolisent l’amour, la pureté et la peine selon leur couleur. La plupart des crématoriums autorisent uniquement les fleurs naturelles au sein de leurs établissements pour des raisons de sécurité. Il en est de même pour les matériaux utilisés pour la conception du bouquet qui doivent être naturels.

À la fin de la cérémonie, les fleurs sont remises à la famille. Celle-ci pourra ensuite choisir de les déposer au cimetière ou au jardin du souvenir.

Le devenir des cendres, un choix important

L'urne peut être gardée pendant 1 an maximum par le crématorium. Cela laisse le temps de décider du devenir des cendres.
En effet, si aucune volonté particulière n’a été exprimée par le défunt (testament, contrat obsèques ou volonté confiée à une personne proche), la famille peut décider de la destination des cendres.

Cependant, la loi française n’autorise pas tout. Depuis la loi Sueur de 2008, l’urne funéraire ne peut plus faire l’objet d’une appropriation privée et les familles ne peuvent plus ni se partager les cendres ni conserver l’urne à leur domicile.

Plusieurs choix s’offrent alors aux familles :

  • Placer l’urne au cimetière :

    • Dans une case de columbarium qui est un monument collectif hors du sol et s'étendant sur la hauteur ;
    • Dans un cavurne qui est une cuve creusée au sol et qui peut être individuelle ;
    • Dans le caveau de famille, à l’intérieur ou scellée à l’extérieur ;
  • Inhumer l'urne dans une propriété privée,

    sous réserve d’accord du propriétaire;
  • Disperser les cendres :

    • Dans un lieu collectif et dédié appelé le “jardin du souvenir” ;
    • En pleine nature comme la mer, la montagne, la forêt, c’est-à-dire dans les espaces naturels qui n’ont pas été aménagés, conformément à la circulaire NOR : IOCB0915243 C du 14 décembre 2009. En effet, la dispersion des cendres est strictement interdite dans les voies et espaces publics.

Cette décision est importante, car si la famille éprouve le besoin de se recueillir sur un lieu dédié, la dispersion des cendres ne sera peut-être pas la meilleure décision.

Devant un columbarium, un cavurne ou un caveau de famille, il existe un endroit précis et propice au recueillement. Le nom et les dates du défunt sont inscrits sur une plaque funéraire et des fleurs peuvent être placées à côté.

Après une dispersion des cendres, il est possible de se recueillir au jardin du souvenir du cimetière. Mais il n'existe pas de lieu personnel pour le recueillement. Toutefois, dans certains jardins du souvenir, la présence d’un support de mémoire (livre ou arche en granit), permet d’y inscrire le nom du défunt ou même de mettre une plaque.

Pour aller plus loin et rendre hommage en ligne à un proche défunt, découvrez Alanna, la première plateforme sociale du souvenir. Vous aurez la possibilité de créer un espace souvenirs dédié à l’être perdu et propice au recueillement, n’importe où et n’importe quand. L’espace souvenirs sur Alanna , peut être créé au moment du décès, mais aussi, plus tard, avant par exemple la dispersion des cendres pour pouvoir ainsi collecter des derniers messages qui contribueront à la cérémonie d’adieu généralement organisée. Enfin, l’espace souvenirs dans ce cas particulier, vous offre un lieu de recueil digital dans lequel vous pourrez vous replonger à tout moment. Vous disposez ainsi, d’un lieu matériel où évoquer des souvenirs et vous réunir en famille.

Partager :

Partager :

Contribuer ?

Vous souhaitez participer, animer une rubrique, partager un sujet.

Envoyez-nous un message !

Des questions sur Alanna ?

Retrouvez notre FAQ

En savoir plus ?

Retrouvez notre Blog