Accueil > Blog > Les différents types de deuil existants et leurs impacts
les différents types de deuil

Quels sont les différents types de deuils et comment les reconnaître ?

28 Novembre 2022

Partager :

Le deuil est un processus naturel qui permet de faire face à la perte d'un être cher. Il est important de savoir qu'il existe différents types de deuil, car chacun nécessite un traitement spécifique. En effet, le deuil est une alchimie de tellement de facteurs tangibles et intangibles que tout peut l'amener à être vécu d’une manière différente d’une personne à l’autre. Et la situation personnelle dans laquelle on est ou on tombe suite à la disparition d’une personne compte énormément elle aussi.

Un deuil conventionnel dure en moyenne 1 an et inclut des vagues de tristesse, de solitude, de manque, puis tout cela va finir par s’amenuiser. Dans cet article, nous vous proposons une présentation des différents types de deuil, afin que vous puissiez mieux les comprendre et les gérer.

En plus des réactions émotionnelles, le deuil peut se manifester de manière physique, comportementale, sociale et cognitive.

1. Le deuil conventionnel ou deuil classique

Le deuil conventionnel est le processus de deuil par lequel on passe - on en profite pour rappeler ici les différentes étapes du deuil : le Déni, la colère, le marchandage, la dépression, puis l’acceptation - jusqu’à l’étape d’acceptation. Une fois toutes ces étapes passées les émotions ressenties s'apaisent. Les personnes qui vivent un deuil classique poursuivent leur vie pendant toute la période suivant la perte.

Pour en savoir, plus consultez notre guide à ce sujet : Vivre son deuil : étapes, durée, comment y faire face et s'en sortir ?

2. Le deuil par anticipation ou deuil blanc

Le deuil anticipé se produit avant le décès d’une personne. Il commence souvent lorsqu'un diagnostic médical négatif est posé. La personne sait alors que les jours du patient sont comptés et que sa santé va indéniablement se détériorer. C’est une étape souvent difficile pour tout le monde : le malade, son entourage, les aidants. La personne va ressentir des émotions liées au changement à vivre, à la perte de la vie qu’elle avait ou de celle dans laquelle elle s’était projetée. Elle entre ainsi dans un deuil par avance.

C’est une période pendant laquelle elle ressent de la culpabilité, de la colère, elle est déroutée. Ce n’est pas facile de gérer ses émotions et de prendre soin de soi, quand on doit s’occuper d’un malade. Il peut être compliqué de se confier aux autres, et le poids du chronomètre qui se met en marche est souvent très lourd à supporter. Le deuil anticipé permet par contre de se détacher en douceur, car la personne a le temps de prendre conscience du départ qui arrive.

3. Le deuil à retardement ou deuil refoulé

Le deuil à retardement se produit lorsque les réactions et les émotions à la suite d’un décès surviennent plus tard. Dans un deuil retardé, la personne accepte la perte mais les manifestations classiques du deuil ne sont pas apparentes. Les ressentis tels que la douleur et le chagrin, le choc ne vont pas être vécus. Il va y avoir comme un refus. Cela peut être une forme de protection contre une douleur trop forte ou une surcharge.

Ces émotions refoulées vont, par contre, finir par ressortir après un certain temps, sans que l’on n’arrive toujours à les identifier. Les réactions peuvent alors être exagérées par rapport à la situation en question et la personne pourrait ne pas se rendre compte immédiatement que ces émotions sont causées par un deuil à retardement. Cela peut provoquer une incompréhension. Il faut dans ce cas prendre le temps de l’écoute, et ne pas brusquer la personne, qui doit à son tour, faire son chemin de deuil car les conséquences émotionnelles sont plus fortes. Le conseil dans ce cas est d’amener la personne à s'exprimer, à verbaliser ce qu’elle ressent et pourquoi. Le déni dans lequel elle était plongée avait un but : la protéger. Il va donc falloir y aller ici par étapes et en douceur, sans douleur.

4. Le deuil complexe ou traumatique

Le deuil complexe est un deuil classique, mais qui dure longtemps et qui empêche de fonctionner normalement. Il peut être difficile de juger si un deuil dure trop longtemps et chacun a une façon très différente de vivre ou de manifester son deuil. Néanmoins, il y a des signes qui peuvent indiquer qu’une personne vit un deuil traumatique : il faut dans ce cas surveiller des comportements autodestructeurs, ou des sentiments profonds de culpabilité. La personne peut également faire preuve de pensées suicidaires, avoir des comportements violents, ou procéder à des changements de mode de vie drastiques. Dans le cas d’un deuil complexe, il est conseillé de se faire accompagner par un professionnel spécialisé dans l'accompagnement du deuil.

5. Le deuil non reconnu ou ambigu

Le deuil non reconnu se rencontre lorsqu’une personne subit une perte et que cette perte n’est pas reconnue ou pas considérée à sa hauteur. Cela arrive quand l’entourage ne comprend pas l’importance de la perte ou la minimise. Le deuil ambigu peut se produire par exemple pour un animal de compagnie, un collègue de travail, un.e ex...

Le deuil non reconnu peut également se manifester à l'égard d’une personne qui perd ses capacités physiques ou mentales. Dans ce cas, même si la personne reste présente physiquement, il faut faire le deuil de la relation qui existait.

6. Le deuil chronique

Parfois, certaines personnes sont prises dans leur deuil. Elles n'arrivent pas à se sortir de la détresse dans laquelle elles sont plongées. On parle dans ce cas de deuil chronique. Le Deuil chronique se produit quand une personne n’arrive pas à accepter l’idée de la perte, elle se concentre sur le fait de garder en vie le souvenir du défunt, elle refuse ce qui s’est passé. Elle finit par devenir paralysée dans sa vie, et ressent une souffrance extrême. Les personnes sujettes à la dépression sont plus exposées à ce type de deuil. Les sentiments d’anxiété, de tristesse ou de culpabilité sont exacerbés. Il convient de se faire accompagner d’une aide professionnelle spécialisée dans l'accompagnement du deuil.

7. Le deuil inhibé

La personne qui vit un deuil inhibé accepte la perte, mais refoule les sentiments qui y sont associés. Le deuil inhibé s’installe le plus souvent chez des personnes qui ont des difficultés à exprimer leurs sentiments, comme les enfants, pour qui il est plus difficile de mettre des mots sur ce qu’ils vivent ou chez des personnes qui, parce qu’elles veulent se montrer fortes pour soulager ou ne pas affecter les autres, prennent sur elles, et refoulent leurs sentiments. Comme dans le cas du deuil différé, les manifestations du deuil ne sont pas visibles. Les perturbations émotionnelles sont refoulées. Les phases d’un deuil inhibé sont souvent l’agitation, l’indifférence, une dépression inexpliquée, …

Découvrez notre guide pour vous aider à annoncer un décès à un enfant : Comment aborder et dire la vérité aux enfants?

8. Le deuil collectif

Le deuil collectif est un deuil qui touche tout un groupe à la fois. Ce type de deuil peut être vécu à la suite d’un incident grave comme un attentat ou une catastrophe naturelle par exemple. Dans ce cas, les personnes se sentent unies par la même situation vécue et les mêmes émotions et sentiments qui les envahissent. Elles se comprennent mutuellement.

9. Le deuil périnatal

Le deuil périnatal, dans les définitions cliniques, est le décès d’un bébé de la période in utero qui démarre à 22 semaines d'aménorrhée jusqu’au 7e jour après sa naissance. Mais dans la réalité le deuil périnatal s’applique plus largement à toutes les formes de grossesses non abouties : fausses couches tardives, avortement, interruptions médicales de grossesse, …

Dans le cas du deuil périnatal, la mort prend la place de la vie, et c’est ce qui le rend particulièrement dure à vivre. Le deuil périnatal est aussi un sujet difficile à aborder, et qui fait peur à l'entourage, car il n’est pas facile de trouver les mots justes.

Le deuil périnatal s’accompagne souvent d’un sentiment de culpabilité et au sein même du couple, il peut y avoir un décalage dans la façon de le vivre. Les familles ressentent souvent un manque d’accompagnement quand elles y sont confrontées.

A lire : Témoignage : « J’ai subi 2 fausses couches à la suite »

Dans le cadre d'un deuil, pour apaiser votre souffrance, et vous accompagner dans votre processus de deuil, vous pouvez aussi créer un espace d'hommage dédié au défunt afin de préserver sa mémoire et être accompagné par vos proches.

Partager :

loop-blog
Logo professional

N°1 en France de l'entretien et du fleurissement de sépultures

Contribuer ?

Vous souhaitez participer, animer une rubrique, partager un sujet.

Envoyez-nous un message !

Des questions sur Alanna ?

Retrouvez notre FAQ

Besoin d'aide pour des obsèques ?

Retrouvez notre Guide