surmonter un deuil avec kinesiologie

Surmonter le deuil grâce à la kinésiologie.

2 novembre 2021

Qui n’a jamais été confronté au deuil ? A la perte d’un être cher, d’un proche, d’un ami ?
Parfois le temps seul fait son œuvre… et l’on arrive à surmonter la douleur et la tristesse. Parfois, il faut une aide extérieure pour débloquer la situation. La kinésiologie, pratique qui favorise un état d’équilibre et de bien-être physique, mental et social peut être ce fameux « coup de pouce ». Rencontre avec Eve-Emmanuelle Bardou, kinésiologue depuis plus de 10 ans, qui nous éclaire sur cette pratique et ses nombreux bienfaits.

Pouvez-vous nous présenter la kinésiologie ?

Eve-Emmanuelle : La kinésiologie est une pratique holistique, qui aborde l’individu dans son ensemble, sa globalité, en s’intéressant tout autant à son aspect émotionnel que psychologique et corporel. On parle d’ailleurs de technique « psychocorporelle », c'est-à-dire qu’on travaille sur le corps pour apaiser les maux de l'esprit et libérer nos émotions les plus enfouies. Cette méthode est issue de la médecine chinoise et de la chiropractie. Elle a intégré au fil du temps des techniques issues de diverses approches, notamment des neurosciences, afin d’apporter un accompagnement au plus près des besoins des personnes.

Quel est son objectif ?

Eve-Emmanuelle : Retrouver un équilibre aussi bien émotionnel que physique ! Cette approche peut être utilisée aussi bien pour soulager des douleurs inexpliquées par le corps médical, que pour dépasser des blocages ou des difficultés comportementales comme la prise de parole en public, la peur de conduire, ou tout simplement pour un mieux vivre ! Il est important pour moi de préciser que le kinésiologue ne pose aucun diagnostic et ne fait aucune prescription. Ceci relève uniquement du corps médical. J’en suis d’ailleurs la preuve !

C’est à dire ?

A l’époque, je rencontrais des problèmes de santé suite à une maladie contractée lorsque je travaillais en Afrique. Le corps médical avait enrayé son évolution mais je gardais depuis une santé fragile. Au fur et à mesure des séances, j'ai recouvert une santé tout à fait satisfaisante. Attention, la kinésiologie ne guérit pas, ce n’est pas une médecine. C'est bien grâce au corps médical que ma maladie a été stoppée ! Mais la kinésiologie a aidé mon corps à retrouver un équilibre, équilibre perdu lors de l’infection. Cette découverte a changé ma vie mais a également changé ma façon de percevoir la vie.

Pouvez-vous nous présenter la kinésiologie ?

Oui bien évidement ! La kinésiologie peut aider dans les différents types de deuils, qu’il s’agisse de deuil à proprement parler ou deuils symboliques, comme la fin d’une période par exemple. L’accompagnement sera également différent lorsqu’il s’agit d’un deuil ancien et non dépassé ou d’un deuil récent. Le praticien va aider la personne à traverser les différentes étapes du deuil tout en respectant son rythme. Comme dans tout type d’accompagnement, la personne pourra se sentir soutenue et comprise.

Et donc aider à avancer…

Exactement ! Concrètement, la kinésiologie permettra de diminuer l’intensité émotionnelle vécue et d'explorer en profondeur les émotions sous-jacentes. En effet, un deuil peut parfois venir raviver des blessures plus anciennes de séparation ou d’abandon. Le kinésiologue permettra, en utilisant la mémoire du corps, d’aller revisiter ces anciennes blessures de façon à ce que la personne puisse pleinement vivre son deuil sans que celui-ci soit amplifié par ces dernières. Cette approche aura également comme bienfaits d’éviter que des émotions restent comme cristallisées, et viennent occasionner des dérèglements physiologiques et corporels , comme des maux de dos, de ventre… L’objectif du suivi sera d’accompagner la personne à retrouver un nouvel équilibre à la fois psychique et physique, et de l’aider à s’adapter aux changements que le deuil aura engendré.

Vous parliez de différentes étapes du deuil…

Il est communément accepté de parler de 7 étapes principales dans le cadre du deuil parfois de 9 étapes. La première étape correspond au choc. Elle peut être suivie d'une phase de déni qui fait suite à l’annonce. La deuxième étape correspond souvent à une période douloureuse marquée par un sentiment de culpabilité. Puis, peut s’amorcer une étape empreinte de colère, avant d’atteindre celle communément nommée étape de marchandage ou de négociation. Durant cette période, la personne va exprimer remords et regrets. Une période de dépression peut ensuite s'installer qui sera plus ou moins longue en fonction des personnes. Et enfin la personne entame la dernière étape du deuil, qui correspond à l’acceptation et la reconstruction. D’une personne à l’autre, ces étapes ne vont pas être vécues suivant une chronologie linéaire. Les personnes peuvent être amenées à revenir en arrière, à revivre une étape déjà passée, ou à rester bloquer à l’une d’elles. C’est très aléatoire, mais de manière générale, on retrouve quasiment toujours ces 7 étapes.

Et à quelle phase du deuil faire appel à un(e) kinésiologue ?

Lors d’un deuil il est normal qu’une personne traverse les différentes étapes que je viens d’expliquer. Cela est tout à fait sain et encore une fois normal que la personne soit dévastée au début. Par contre, lorsque la personne reste bloquée à une certaine étape ou lorsqu'elle souffre émotionnellement au point de ne plus pouvoir continuer à vivre sa vie, il est important qu’un accompagnement puisse se mettre en place. Si la personne en ressent le besoin, il est possible d’accompagner peu de temps après l’annonce du décès.

Cette pratique s’adresse à tout le monde sans exception ?

La kinésiologie est tout autant adaptée aux bébés et jeunes enfants, reçus en présence d'un ou deux parents, qu'aux adolescents, adultes ou personnes âgées. Des parents consultent régulièrement pour des nourrissons qui rencontrent des difficultés d’endormissement par exemple.

Et pour les personnes qui traversent un deuil ?

Oui et plus particulièrement aux personnes endeuillées qui ont du mal à exprimer leur peine et ce qu’ils ressentent. Le gros atout de la kinésiologie, c’est qu’elle est tout particulièrement adaptée aux personnes en quête d'une technique peu intrusive, qui n'implique pas forcément de longs échanges verbaux, mais qui préfèrent faire confiance à l'intelligence du corps, à son potentiel et aux étroites connexions et interrelations entre le corps et la psyché. L'un pouvant agir sur l'autre et inversement. Le corps et la psyché ne peuvent être dissociés et c'est cette connexion, cette complémentarité que la kinésiologie permet.

Peut-on associer psychothérapie et kinésiologie ?

C’est tout à fait possible d’associer les deux. C’est d’ailleurs souvent le cas, que ce soit dans le cadre du deuil ou d’autres difficultés traversées par les personnes. Dans le cadre de la psychothérapie, la personne va apprendre à se comprendre, à comprendre ses réactions et à s’analyser. Mais parfois, la compréhension de l’origine des difficultés ne permet pas de résoudre le mal-être. Le fonctionnement, les réactions restent les mêmes ou bien les émotions sont toujours vécues avec la même intensité. Dans ce cas, un accompagnement en kinésiologie va aider la personne à fonctionner autrement et à se libérer de la charge émotionnelle négative. Je constate régulièrement que le travail va plus vite et est plus fluide lorsque les personnes ont effectué une psychothérapie car il y a déjà une conscientisation sur leur problématique.

Comment se déroule une séance ?

Les séances durent entre 1h et 1h30 et démarrent toujours par un entretien préalable afin d’aborder les difficultés que la personne traverse et ce qu’elle voudrait voir s’améliorer dans sa vie. Le reste de la séance se déroule allongé, habillé, sur une table de consultation. Le praticien va utiliser le test musculaire, c’est à dire qu'il va effectuer de petites pressions sur un muscle du corps pour observer comment le corps réagit. En effet, lorsqu’il y a un stress ou un déséquilibre, la tonicité musculaire sera moindre. Ce dialogue avec le corps permet d'identifier les différentes origines du blocage. Le praticien va aider le corps à retrouver son équilibre en revisitant ces moments du passé et en corrigeant par des pressions sur des points d’acupuncture ou par d’autres types de procédés assez techniques.

Combien faut-il de séance pour obtenir une amélioration ?

La kinésiologie s’inscrit dans la démarche des thérapies brèves, donc généralement pour un même objectif on va compter de 2 à 5 séances. Des séances de kinésiologie régulières peuvent s’inscrire dans une démarche de développement personnel.

Que constatez-vous suite à une séance sur le patient ?

Généralement, on peut observer un changement dès la fin de la séance. Les personnes s’en rendent compte d’elles-mêmes. Elles sont souvent plus calmes, apaisées. Elles se sentent plus légères comme si elles avaient pu se décharger d’un poids. Il peut arriver que les personnes soient fatiguées, mais toujours avec cette sensation d’apaisement. Lorsque l’on suit une personne sur une période plus longue, il est très intéressant de les voir changer, évoluer. Bien souvent, le visage se transforme, devient plus épanouie, détendue, mais également la manière de se comporter va évoluer. Au grès des séances, les personnes vont parcourir un chemin qui va les conduire à se trouver ou se retrouver réellement.

Si vous souhaitez vous faire accompagner par Eve-Emmanuelle Bardou, retrouvez toutes les informations pratiques ici http://www.kinesiovie.com

Contribuer ?

Vous souhaitez participer, animer une rubrique, partager un sujet.

Envoyez-nous un message !

Des questions sur Alanna ?

Retrouvez notre FAQ

Besoin d'aide pour des obsèques ?

Retrouvez notre Guide