img-blog-condoleance

Présenter ses condoléances : les mots justes pour exprimer son soutien.

20 septembre 2021

Quelles formules adopter ?

Il faut mieux laisser parler son coeur et ses sentiments que de chercher des formules toutes faites. Effectivement, internet regorge de phrases et formules « bateaux » qui sonnent souvent « creux » et qui sont assez facilement reconnaissables. Les mots du coeur, qui sont à la fois sobres et simples, sont le meilleur moyen de toucher la personne en deuil. Un « je suis là, je pense à toi et tu peux compter sur moi », que cela soit à l’oral ou à l’écrit, permet de se connecter et de toucher la personne qui vit le décès d’un proche.
Vous souhaitez partager un souvenir ou une anecdote sur le défunt ? Pourquoi pas du moment que vous restez sobre et concis. Un poème ou une belle citation peuvent également toucher et aider à mettre des mots sur ce que vous ressentez.
N’oubliez pas que réconforter une personne en deuil n’est pas qu’une histoire de mots. Souvent, nous nous creusons la tête pour des paroles réconfortantes, alors que des gestes et des actes, qui nous viendront plus naturellement, peuvent également apporter amour et soutien à la personne en souffrance : proposer son aide pour l’organisation de la cérémonie, aider à se débarrasser de certains objets, préparer un repas ou rendre visite tout simplement…

Quand envoyer ses condoléances ?

Si il s’agit d’un membre de votre famille ou d’un proche, le plus rapidement possible. Plus vous êtes proche, plus il est préférable de ne pas trop tarder. Un appel ou un sms est le plus approprié.
Si vous êtes un proche ou une connaissance, 2-3 jours après l’annonce du décès est le maximum niveau délai. Et si il ne faut retenir qu’une seule règle : aussi difficile que soit pour vous, souvenir douloureux, se sentir maladroit, il est absolument hors de question de ne rien faire. Personne ne vous demande de parler, de consoler ou de ressusciter un mort. Seule votre présence est importante pour soutenir les proches. Ce n’est pas grave que vous ne connaissiez pas le défunt, vous êtes un proche de la famille, un ami ou une connaissance. C’est pour eux que vous devez vous manifester. Vous pouvez également, après la cérémonie, vous re-manifester via un sms ou une lettre de condoléance. La famille, moins prise dans la préparation des funérailles, appréciera votre geste de soutien qui montre que vous êtes une nouvelle fois à leur côté.

Sms ou lettre manuscrite ?

Autrefois la lettre manuscrite était de rigueur. Aujourd’hui un simple sms a remplacé cette obligation sociale qui peut très bien convenir lors d’un décès.
Concernant les textos, évitez les émoticônes, et faute d’orthographe. Prenez le temps de rassembler vos pensées, notez vos idées dans un brouillon et envoyez votre message en fin de journée. Prendre un peu de temps pour relire votre message est toujours plus sage car sous le coup de l’émotion, nos mots sont souvent maladroits et nous ne savons pas comment consoler l’inconsolable.
La lettre manuscrite est toujours plus délicate et reste une preuve que vous avez pris le temps pour la famille endeuillée. Elle n’a pas besoin d’être longue, encore une fois restez simple. Quelques mots peuvent suffire. L’important n’étant pas d’en dire beaucoup mais de dire les choses essentielles : votre empathie, l’expression de votre amitié, votre soutien… La lettre est adressée aux proches en général avant les obsèques. Ainsi, vous pouvez envoyer la lettre de condoléances à la famille dès que vous avez connaissance du décès, idéalement dans les 2-3 jours qui suivent son annonce. Vous pouvez aussi choisir de remettre cette lettre aux proches le jour des funérailles ou encore dans les quelques jours qui suivent les obsèques. Écrivez-la de préférence de façon manuscrite, sur du papier à lettres et signée. Vous pouvez privilégier un texte court rédigé sur un format A5 ou une carte.

Sur les réseaux sociaux

De façon générale, il est déconseillé de présenter ses condoléances via les réseaux sociaux car ce mode d’expression peut être jugé trop impersonnel voire même indélicat. Bien sûr, les codes changent et les mentalités évoluent. Si vous choisissez donc de vous manifester via un réseau social, que cela soit Facebook ou Instagram, un message privé sera plus authentique et personnalisé qu’un message adressé en mode public, sur le mur ou sous le post de quelqu’un par exemple.

Créer un espace en ligne pour rendre hommage au défunt sur Alanna

Une personne en deuil souffre souvent d’isolement. Elle peut avoir du mal à se reconnecter aux autres, mais également à évoquer la personne décédée. Pour l’épauler, vous pouvez créer, via notre plateforme , un espace en ligne en hommage au défunt. Le but ? Aider la personnes endeuillée et sa famille à communiquer entre elles, mais également à recevoir du soutien des proches… tout en faisant vivre le souvenir du disparu. Alanna offre la possibilité d’échanger, de communiquer, de partager et surtout d’honorer sa mémoire de manière concrète via cet espace en ligne. Sur cette page, qui est complètement privé, il est possible de poster photos, messages ou encore anecdotes qui témoignent de l’affection portée, des moments précieux passés ensemble, des souvenirs que l’on ne veut surtout pas voir disparaître
Disponible n’importe quand, et éternellement, cet espace unique est comme une passerelle entre les proches. Maintenir un lien, fort et symbolique autour de souvenir heureux et positifs, restent la plus belle des façons d’honorer la mémoire d’un être cher.

Prendre des nouvelles

Après quelques mois, il est toujours bon de prendre des nouvelles auprès de la personne en deuil. La difficulté est encore de savoir comment se positionner, comment réagir, et que dire à quelqu’un qui a perdu un proche. Cette prise de nouvelle est importante, car elle aide le travail de deuil à s’accomplir, quelle que soit la phase de deuil traversée. Permettre à l’autre de parler de la relation perdue, l’aider à formuler le récit de sa perte, prendre des nouvelles de la personne endeuillée et savoir où il en est aujourd’hui, tout cela ne peut que lui faire du bien et resserrer les liens qui vous unissent.

Si nous devions résumer en quelques mots ce qu’il faut faire ou ne pas faire, gardez cela à l’esprit : restez vous-même, simple, à l’écoute et sensible à la personne qui traverse cette épreuve. On ne vous reprochera jamais d’avoir été maladroit.. bien que la mort soit un phénomène universel auquel nous sommes tous confrontés tout au long de notre vie, elle n'en reste pas moins un sujet tabou. Notre société contemporaine ne nous apprend plus à appréhender ni à mettre des mots dessus. Votre présence et votre authenticité seront tout aussi suffisantes.

Contribuer ?

Vous souhaitez participer, animer une rubrique, partager un sujet.

Envoyez-nous un message !

Des questions sur Alanna ?

Retrouvez notre FAQ

Besoin d'aide pour des obsèques ?

Retrouvez notre Guide