organiser ses funérailles

A 37 ans j’ai organisé mes funérailles !

22 novembre 2021

Préparer ses funérailles quand on est jeune et en bonne santé vous semble fou ? Pourtant de plus en plus de quarantenaires y pensent. Le but : décharger ses proches des soucis administratifs et financiers pour ainsi leur permettre de vivre plus sereinement leur deuil. Rencontre avec Estelle, qui a décidé, via Alanna, de prendre ses « dispositions » et de préparer des obsèques qui lui ressemblent… tout simplement.
Sereine. Voici ce qu’on peut dire d’Estelle en la rencontrant. Cette frêle brune de 37 ans devient plutôt « causeuse » dès qu’elle aborde cette année pourtant difficile pour elle et ses proches. Deux décès, une peine encore présente et beaucoup, beaucoup d’administratif à gérer ! Elle raconte son année pas comme les autres et sa démarche qui en a surpris plus d’un !

Organiser ses obsèques à 37 ans alors qu’on est jeune et en bonne santé n’est pas banal…

Estelle : « C’est le moins que l’on puisse dire ! Je ne me suis pas réveillée un matin en me disant « oh si j’organisais mes funérailles » je vous rassure. Je pense que la mort fait partie de la vie… chose que je dis très facilement aujourd’hui, mais il m’a fallu cette année et de grosses épreuves pour arriver à cette philosophie… de vie !

La covid 19 est passée par là…

Oui complètement. J’ai dû faire face cette année à deux décès. Mes deux grands-pères, du côté paternel et maternel. L’un à cause de la covid et l’autre d’un accident tout bête, une chute. A quatre mois d’intervalle. Ça a été une période très difficile pour moi et mes proches. Surtout pour mon père qui s’est senti vraiment dépassé. Il vit à l’étranger, tout était donc plus compliqué à gérer et ça nous est tombé dessus, littéralement. J’ai pris le relais. Ça a été très chronophage. Et j’ai surtout vu la différence entre des obsèques où le défunt a donné des instructions et l’autre non. Autant mon grand père maternel avait pris ses dispositions autant du côté paternel ont était complètement dans le flou. J’ai vécu les galères et les questions que beaucoup de proches se posent, des choses importantes, comme des choses plus futiles.

C'est-à-dire ?

Dans ma famille tout le monde se fait enterrer, ok. Mais que souhaitait mon grand-père pour ses funérailles ? De la musique ? Il n’aimait ni le classique, ni l’opéra. Des poèmes ? Il n’était pas très sensible à la littérature. Nous avons voulu prendre la parole ma soeur et moi, mais il détestait l’effusion et l’étalage de sentiments… franchement je ne savais pas quoi faire. Il a fallu gérer également les hommages, les photos, les transports, horaires et lieux de rendez-vous entre le cimetière et le lieu de la réception… c’était vraiment lourd. Je me suis posée beaucoup beaucoup de questions et j’avais surtout peur de mal faire.

Et vous avez découvert notre plateforme…

Oui. J’ai découvert Alanna complètement par hasard, quelques mois après l’enterrement de mon grand-père, car le site n’existait pas encore lorsqu’il est décédé. Mais depuis, j’ai créé, pour lui rendre hommage, un espace souvenir. C’est une page, privée ou public, ça c’est au créateur de l’espace d’en décider, où l’on peut partager des photos et pensées autour de la personne décédée. Je trouve ça hyper cool et fédérateur pour la famille et les proches.

Qu’est-ce qui vous a séduite ?

Déjà j’aime assez avoir la main sur qui est invité à voir et à participer à la page… je suis un peu « control freak » je crois (rires) ! C’est bien de pouvoir gérer ce côté privé/public et ça sur les différentes rubriques de l’espace. Ma famille proche peut par exemple voir les photos, messages et mêmes dessins que mes petits neveux ont fait pour mon papy et les amis ou les anciens collègues de travail ont uniquement accès à des informations plus « générales », comme l’histoire de sa vie que j’ai rédigée, le lieu où il est enterré…

Vos proches ont-ils facilement adhéré à la création de cet espace ?

Oui, totalement. J’ai invité ma famille, notamment ma soeur et mes cousins, nous sommes tous de la même génération, pour qu’ils puissent à leur tour, publier des souvenirs autour de notre papy. Ils ont tout de suite adhéré à l’idée de cette page de « partage ». Et le gros plus, mon père, qui est loin de nous géographiquement, prend une part très active à l’animation de son espace. Je l’ai créé oui mais lui l’alimente beaucoup. C’était son fils, c'est normal je trouve. Bref tout le monde est content ! Et étonnement, on se parle plus entre nous. On va dire que c’est un autre lien que les groupes WhatsApp familiaux qu’on connaît tous. Cette page est dédiée à mon grand-père, il n’y a pas de pudeur, à parler de lui, de son décès, de souvenirs… c’est fait pour ça ! Par exemple, pour sa fête, il s’appelait Jérôme, mon père a publié une photo et ça a relancé une conversation où chacun a partagé une anecdote avec lui… Ma sœur a même publié une vidéo ! Je pense qu’on aurait jamais fait ça sans Alanna. C’était à la fois très émouvant et joyeux. Et puis avec les fêtes de fin d’année qui arrivent, je trouve ça encore plus fort. C’est une période particulière, on pense plus à ceux qui nous ont quittés, on fait le bilan de l’année…En un mot, vous prêchez une convertie ! J’aurais même aimé connaitre votre site plut tôt !

Pourquoi ?

Alanna m’aurait beaucoup aidé à l’époque où j’organisais ses obsèques par exemple. Je sais que sur l’espace souvenir on peut donner toutes les indications pour l’enterrement, le lieu, les « consignes » pour et après la cérémonie… bref ça facilite grandement les choses ! Surtout dans un moment comme ça. Moi j’étais stressée par toute cette organisation et je n’ai même pas pu me concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire le dernier moment avec lui, lui dire au revoir… Tout ça parce que j’étais happée par l’organisation. Donc oui j’aurais aimé connaître Alanna plus tôt. Mais le site m’a permis de lui rendre hommage et d’entretenir le souvenir de sa mémoire. J’en suis vraiment contente.

Et c’est là que vous avez eu un déclic concernant vos propres funérailles ?

Comme j’avais déjà un compte sur la plateforme, j’étais souvent dessus le soir après les obsèques, pour alimenter en photos la page hommage de mon grand-père. Et puis j’ai vu la fonctionnalité pour organiser ses propres obsèques dans mon compte. Ça m’a trotté un petit moment dans la tête et un soir je me suis lancée. Je me suis laissée guider et étrangement ça fait aussi beaucoup réfléchir sur sa vie, les chemins qu’on a emprunté… J’ai aimé cette démarche presque introspective. Je pense désormais qu’il faut regarder la vie et comprendre que la mort en fait partie.

On peut savoir ce que vous avez prévu pour vous ?

Déjà je veux être incinérée et non enterrée ce qui est quelque chose d’assez fort dans ma famille. Mes amis, ma seconde famille, ont une place très importante dans ma vie, ce que ma soeur ou ma mère ont du mal à comprendre par exemple. Et cette seconde famille aura une place très importante dans mes obsèques. Je ne veux pas de musique par exemple… enfin je veux quelque chose qui me ressemble. J’ai trouvé ça plutôt agréable à penser et via la plateforme on est complètement pris par la main… moi qui suis assez dans le contrôle ça m’a étrangement rassurée.

Le but est également de décharger vos proches…

Exactement. J’ai vu la charge mentale que représente un enterrement, les préparatifs etc. Dans un moment comme ça on est face à sa douleur. Autant que les choses soient facilitées au maximum. Et puis une fois que c’est fait on n’y pense plus.

Vous avez fait des émules autour de vous ?

Mais oui ! Notamment ma meilleure amie, qui elle n’est pas du tout comme moi, ni carrée et organisée ! Elle s’est on va dire « prise au jeu » et ses obsèques vont lui ressembler : elle veut « Cosmic girl » de Jamiroquai (rires). Elle n’est pas mariée et n’a pas d’enfant. Et honnêtement son frère n’aurait jamais géré ses obsèques de cette façon. Il y a aussi la question financière qu’elle a réglé, elle ne souhaite pas que son frère paye pour ses obsèques si il lui arrive quelque chose C’est assez sain comme démarche. Et puis au-delà de ça, je trouve ça cool que le dernier moment de votre vie, entouré de vos proches, vous ressemble.

Et la réaction de vos proches ?

Ils n’ont pas du tout compris au début (rires) ! Et franchement je comprends. Si on m’avait parlé de ça l’année dernière je vous aurais traité de gentil fou ! Mais ils ont compris ma démarche et surtout ça les a fait réfléchir. La covid a marqué tout le monde et on voit les choses de manière différente je pense… même à nos âges. Ce qui est fou c’est qu’en en parlant autour de moi, à mes amis notamment, ça a lancé des débats enflammés ! Croyez-moi, ça fait son petit effet dans les dîners en ville !

Contribuer ?

Vous souhaitez participer, animer une rubrique, partager un sujet.

Envoyez-nous un message !

Des questions sur Alanna ?

Retrouvez notre FAQ

Besoin d'aide pour des obsèques ?

Retrouvez notre Guide